Comment apprendre à aimer l’histoire

Clio, la muse de l’histoire, fait couler de l’encre depuis des millénaires. Dans tous les mots tracés depuis, relatant des épopées en tout genre, j’ai la conviction profonde que chacun peut y trouver sa tasse de thé. Sans nécessairement vouloir transformer tout un chacun en historien, je crois que tout le monde peut profiter de la discipline historique. C’est pourquoi je vous propose ici quelques pistes pour stimuler votre curiosité sur le sujet.

 

1 – Oublier l’école

J’imagine que vous vous souvenez de l’ennui profond des cours d’histoire du secondaire, mais que vous avez oublié pas mal tout le reste. Peut-être que vous vous souvenez que les Iroquois sont sédentaires et les Algonquiens sont nomades, mais dans les faits, on peut concéder que l’expérience n’était pas mémorable. Bonne nouvelle : étudier l’histoire par soi-même n’a pas à être aussi monotone.

2 – Étudier ce qui vous intéresse

Personnellement, l’Antiquité et le Moyen-Âge m’intéressent peu et la période contemporaine m’intéresse beaucoup. Pourquoi irais-je m’obstiner à lire sur ce qui ne captive pas mon intention à la base? Au-delà de choisir une époque sur laquelle se pencher, on peut aussi se pencher sur un sujet particulier. Que ce soit l’histoire du cinéma ou l’histoire du végétarisme, l’histoire, c’est de l’histoire! Si cela vous permet d’avoir une vision plus globale sur un sujet qui vous passionne depuis toujours, c’est gagnant.

3 – Voir l’histoire comme… des histoires

Vous aimez lire des romans ou écouter des films? Et bien, bonne nouvelle, l’histoire regorge d’événements dignes de vos fictions favorites. Ce n’est qu’une question de perspective.

4 -Lire des biographies

Selon moi, lire des biographies est une manière facile d’aborder l’histoire. En effet, à prime à bord, l’on apprend sur la personne dont il est question mais, d’une manière ou d’une autre, on en apprend aussi sur le contexte dans lequel elle a grandi. Accessoirement, lire des biographies peut aider dans le domaine du développement personnel dans la mesure où l’on peut grandir des conseils des individus et de leurs erreurs.

5 – Utiliser des ressources non conventionnelles

Bien que selon moi la lecture est primordiale, il n’y a pas de honte à préférer apprendre autrement. À l’aube du 21e siècle, apprendre peut se faire de 1001 façons. Que ce soit à l’aide de podcasts (tel Our Sexual History) ou de vidéos YouTube (Crash Course par exemple) voire grâce à des jeux vidéos (comme Civilization V), l’important demeure la fin et non le moyen ici.

6 – Ne pas prendre le tout trop au sérieux

Bien que l’histoire est une discipline immense et parfois très sérieuse, rien ne nous oblige à la traiter ainsi. On peut se délecter de fun facts, on peut se contenter de vidéos de 10 minutes plutôt que de documentaire de deux heures, lire de la vulgarisation plutôt que les sources premières ou même transformer nos connaissances en récit amateur.

7 – Comprendre l’utilité des connaissances historiques

Avoir une bonne culture historique, c’est mettre en place des chances plus élevées de comprendre plusieurs autres concepts, que ce soit la philosophie, la linguistique ou la politique. Le bagage historique est aussi une composante clé au bon développement de l’esprit critique.

 

Aimiez-vous apprendre l’histoire à l’école? Aimez-vous l’histoire aujourd’hui? Qu’elle est votre manière favorite d’acquérir de nouvelles connaissances historiques? Faites-moi-le savoir dans les commentaires.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s